Cuisine centrale intercommunale des Villes de Gennevilliers, Saint-Ouen et Villepinte
Espace privé
Se souvenir de moi
La haute technologie au service de la qualité et du goût.
À table !
Au menu dans votre ville...
  • › Menus scolaires
  • › Menus Crèches -18 mois
  • › Menus Crèches 36 mois
  • › Les menus à thème
Le Chef et vous...
  • › Les recettes du Chef
    • Entrées
    • Plats
    • Desserts
  • › Le lexique culinaire
Actualité
Journal du menu
Une année placée sous le signe de la qualité AU SYREC, 2019-2020 SE VEUT UNE ANNÉE CHA...
› Voir toute l'actualité
Vos rendez-vous
RAPPORT D'ACTIVITÉ 2018
Le Syndicat pour la restauration collective
  Le rapport d’activité 2018, ici présenté, retrace une année dense en actions r...
› lire la suite
› voir toutes les Documentations
› voir toutes les Rubriques
Inscrivez-vous à notre newsletter :



Accueil > Actualité

La recherche d’alternatives aux contenants alimentaires en plastique



La recherche d’alternatives aux contenants alimentaires en plastique

 

À partir du 1er janvier 2025, il ne sera plus possible de cuire et de réchauffer  des aliments dans des contenants en plastique. C’est la loi du 30 octobre 2018 relative à l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole pour une alimentation saine, durable et accessible à tous, dites Loi EGAlim qui instaure cette disposition pour faire face à des enjeux environnementaux majeurs de pollution par le plastique et par principe de précaution aux perturbateurs endocriniens par le législateur.

 

 

 

Inox, verre, aluminium bambou, avocat… Par quoi remplacer le plastique à la cantine ?

 

Depuis le mois de septembre 2018, sous l’égide du groupe de travail créé par l’association Agores, le Syrec s’est inscrit dans une démarche de recherche d’alternatives aux contenants alimentaires en plastique. Engagés en tant qu’acteurs, le Syrec a participé à des concertations nationales sur le plastique sous forme d’auditions auprès des centres techniques spécialisés, des médecins, universitaires, des représentants de ministères, des associations antiplastique, ONG et la députée à l’origine de l’amendement. Ces auditions se sont déroulées d’octobre à mai 2019 et ont débouché à la rédaction d’un livre blanc.

 

Télécharger la présentation du Livre blanc

 


L’un des objectifs  de cette étude est d’éclairer les élus, décideurs, et les professionnels de la restauration collective sur la question du plastique dans les contenants alimentaires ainsi que sur les enjeux d’une alternative au plastique en termes d’impacts organisationnels et financiers.

 

Dans ce cadre, le Syrec a développé au sein de son établissement une unité R§D* pour engager des expérimentations de contenants alimentaires alternatifs au plastique. Un partenariat s’est donc créé avec le concepteur du cuiseur par immersion, la société Armor Inox, pour adapter les cuves de cuisson aux bacs gastronomes inox.

 

 

L’expérimentation dans des contenants en inox

 


A partir des éléments présentés en amont, le Syrec a opté pour le lancement d’expérimentations de cuisson en bacs gastronomes en inox. Ce choix de contenants se justifie par le fait qu’il supprime le plastique et donc le principe de l’usage unique.

 

Le travail engagé consistait dans un premier temps en une étude comparative des cuissons en bac inox et en poche en plastique sur 7 catégories de produits majoritairement traitées par le Syrec : le poisson, poulet rôti, émincé, purée, riz…

 

La première action montre une certaine fiabilité à petite échelle des résultats obtenus tant sur le plan organoleptique (saveur, odeur, aspect) que sanitaire (étude bactériologique à l’appui). A partir de ces résultats concluants, il s’agissait, dans un second temps, de vérifier de la véracité des ces résultats à plus grande échelle et d’en mesurer les impacts en termes de logistique et de coût.


Pour ce faire, un restaurant satellite comprenant environ 300 couverts  a fait office de site pilote.  Les constats démontrent que la généralisation du contenant en bac inox aura un impact contraignant dans la gestion quotidienne de l’activité en cuisine centrale et dans les restaurants satellites : l’augmentation du temps des opérations, poids des contenants, volumes de stockage, nettoyage et désinfection, sans évoquer les coûts directs et indirects de ce procédé.

 

Car, en effet si les bacs inox sont réutilisables, quand est-il de leurs efficacités après avoir  subis des chocs lors du transport et développés des rayures source de contamination bactérienne. Rappelons par ailleurs que ce mode de conditionnement était très répandu avant les années 2000 et les troubles musculo-squelettiques était à un taux bien supérieurs qu’aujourd’hui.

 

Cependant, aucune alternative ne doit être exclue du dispositif expérimental car en l’état actuel du niveau de la connaissance, il n’y a pas de solution miracle.

Aussi, le Syrec en sa qualité de structure publique intercommunale doit poursuivre ses recherches ; avec le bac inox sur une période expérimentale de plusieurs mois et pourquoi pas se diriger vers d’autres matériaux comme le verre dont certains atouts pourraient apporter des réponses intéressantes. 

 


Le Syrec reviendra régulièrement vous donner l’état d’avancement de son travail.

 

 

 

 

 

*Recherche et Développement



En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies Oui, j'accepte - En savoir plus